11 juin 2007

Et s'il me fallait choisir un livre pour partir sur une île déserte?

Le Monde selon Garp, de John Irving Non, rassurez-vous, je ne me suis pas trompé d'image : avec un livre à la main, nous savons tous que l'ombre d'un arbre, le quai d'un métro, un siège dans le bus, une salle d'attente, le lit trop mou d'un hôtel au rabais deviennent des îles désertes. Nous ne sommes plus ici, nous ne sommes plus une présence perdue au milieu des autres. Et le soleil est là, entre nos mains.Soit dit en passant, je préfère quand même l'ombre d'un arbre aux autres lieux cités...
Posté par SebastienFritsch à 15:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

05 juin 2007

Christian Bobin - Une Petite Robe de Fête

On ouvre des portes, une à une. La distance qui sépare une porte de la suivante, on met des mois à la franchir, parfois des années. On est sans impatience. On va d'un pas égal. Ni trop lent, ni trop pressé. La main sur la poignée tremble à peine. Dans une pièce, il y a un cerisier en fleur. Dans une autre, trois flocons de neige. Dans une autre encore, une chaise de lumière. On reste sur le seuil, on s'efface contre la porte. On laisse entrer ce qui est bien plus grand que soi - on laisse aller le ciel auprès du cerisier, l'enfance... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
02 juin 2007

Maurice Druon - Tistou les Pouces Verts

"Les grandes personnes ont, sur toutes choses,                                                                                                             des idées toutes... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 juin 2007

Jacques Brel - J'arrive

"J'arriveMais pourquoi moi pourquoi maintenant Pourquoi déjà et où aller" Dessin SF
Posté par SebastienFritsch à 12:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
29 mai 2007

Boris Vian - L'Ecume des Jours

"Il était si gentil qu'on voyait ses pensées bleues et mauves s'agiter dans les veines de ses mains." Samoëns - Gorges du Pied du Crêt - Août 06 - Photo SF Quel beau rêve : pouvoir être gentil visiblement ; et pouvoir donner cette gentillesse, tout simplement avec les mains.Cette phrase me fait penser à mon grand-père, menuisier ébéniste. Il était gentil. Et son moyen d'expression, c'était ses mains. Comme un pianiste ; un peintre ; un écrivain. Et il était né la même année et le même mois que Boris Vian.
Posté par SebastienFritsch à 20:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,