07 juin 2007

Esbjörn Svensson Trio (E.S.T.)

Esbjörn Svensson (le sommet du trio E.S.T.) fait partie de la liste des pianistes qui me font frémir. Cette liste (non exhaustive) comporte aussi les noms d'Oscar Peterson, Michel Petruciani, Nathalie Loriers ou Roger Hodgson (eh oui). Mais Esbjörn Svensson occupe une place à part : il est effectivement - du moins dans mon esprit - intimement lié au "Mariage d'Anne d'Orval".(*) En effet, il y a dans la musique des trois personnages d'E.S.T. de la mélancolie, de la violence, du mystère et des recherches de formes - parfois... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 19:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

07 juin 2007

Enki Bilal - Lignes de vie

La présentation de ce second coup de cœur de la rubrique « Images » pourrait tenir en un seul mot : admiration.Bien sûr, Enki Bilal maîtrise les lignes – celles qui font les corps, les meubles, les machines, les ruines, les mouvements, et nous offrent toute la diversité du monde. Il commande aussi aux couleurs – les sangs, les ciels, les lèvres, les peaux qui se superposent parfois, se croisent souvent, souffrent toujours, et donnent à toucher toute la diversité de l’homme. Mais il sait aussi orchestrer les transparences –... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 12:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2007

C’est peut-être l’automne...

C’est l’or tendre peut-êtreQui à l’heure écolière où la cour se piétineVient embrasser au front les bâtiments vidés. C’est peut-être ce pas Oublieux et hâtif sur les feuilles ridées Qui mène à sa chaleur chaque tête enfantine. Peut-être est-ce l’amas Qui aux arbres lassés a laissé leurs espoirs Et aux courses d’enfants brode un doux tapis d’or. Et c’est de nous permettre Ces rires colorés quand vient l’ombre du soir Et la pâle aquarelle où le soleil s’endort Qui donne à ma saison un goût bleu d’avenir. ... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 20:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
05 juin 2007

Christian Bobin - Une Petite Robe de Fête

On ouvre des portes, une à une. La distance qui sépare une porte de la suivante, on met des mois à la franchir, parfois des années. On est sans impatience. On va d'un pas égal. Ni trop lent, ni trop pressé. La main sur la poignée tremble à peine. Dans une pièce, il y a un cerisier en fleur. Dans une autre, trois flocons de neige. Dans une autre encore, une chaise de lumière. On reste sur le seuil, on s'efface contre la porte. On laisse entrer ce qui est bien plus grand que soi - on laisse aller le ciel auprès du cerisier, l'enfance... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 13:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
05 juin 2007

Si tu voulais que je sois roi

Je n’ai pour toi que ma vie. Je n’ai que mes yeux Pour suivre tes rires Et savoir les rêves qui te viennent. Si jamais tu voulais que je sois roi, Je le serai pour toi. Je n’ai pour toi que ma vie. Je n’ai que mes mains Pour lire les mots de tes lèvres Et parler des vœux dont ils parlent. Si jamais tu voulais… Je n’ai pour toi que ma vie. Je n’ai que mon corps Qui passe et fléchit quoi qu’il tente Mais préfère s’éteindre à donner. Si jamais…
Posté par SebastienFritsch à 13:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
04 juin 2007

Jean-Claude Dejean - La poésie de la ferraille

Jean-Claude Dejean, c'est l'art sous toutes ses formes : sculpture, peinture, dessin,  collage, soudure... Tout ce qui traîne autour de lui (un oiseau dans un parc, un rateau rouillé, une âme en peine) est matière à créer. Il croquera l'oiseau d'un trait noir, épais, consistant, plein d'élan. Il offrira au rateau le rôle de sa vie, lui composant, avec deux boulons et une poignée de porte, un regard pour découvrir le monde et une bouche pour s'en ébahir ou s'en lamenter. Et l'âme en peine le prendra par la main pour le guider. Et... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 12:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 juin 2007

encore cette même éternité qui recommence - 4ème de couverture potentielle

Dans les nuits d’impatience trop aiguë, je sortais. J’allais jusqu’à la Seine, prenant les boulevards mornes, étonné de découvrir, sur les visages abjects des autres insomniaques, des yeux qui ne connaissaient pas son nom. Quand cela m’insupportait trop, je choisissais un carré d’immeubles éteints, dans un quartier de bureaux et d’argent, et je m’y égarais jusqu’aux premiers sursauts de l’aurore. Je reprenais alors le fil de sa vie dont même une seule seconde aurait été capable de brûler des milliers d’existences de divagations comme... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2007

Maurice Druon - Tistou les Pouces Verts

"Les grandes personnes ont, sur toutes choses,                                                                                                             des idées toutes... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 07:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
01 juin 2007

Les premiers à partir

Pourquoi les mains les plus pâles, Aux gestes les plus purs, Restent les plus fragiles ? Pour la raison que leurs cœurs, Lourds d’amour et d’espoir, Les rendent moins agiles. Pourquoi les âmes trop peuplées, Aux accueils les plus sûrs, S’effeuillent les premières ? Pour la raison que leurs yeux, Larges et bienveillants, Les noient dans la lumière. Pourquoi les regards les plus francs, Qui attendant en paix, Sont si prompts à se clore ? Pour la raison que leur bras, Trop ouverts aux... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 19:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
01 juin 2007

Invitation pour la Petite Fille qui parle au Vent

Rue Monge à Paris. Nairobi. Aéroport Nice Côte d'Azur. Laboratoire de Médecine Légale de Nancy Brabois. Une boutique de fleurs à St-Martin-Vésubie. Une, deux, trois bagues de fiançailles.Deux photos. La Tour Eiffel. Et toutes ces cartes postales. L'image montre toujours un loup. Un médecin. Non : deux. Une fleuriste, bien sûr. Un guitariste. Non : trois. Et puis Alice, l'éditeur, la concierge, les cadavres... Et la petite fille qui parle au vent.
Posté par SebastienFritsch à 19:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]