20 décembre 2008

Patrick Modiano - Dans le café de la jeunesse perdue

"Et puis, si toute cette période est parfois vivace dans mon souvenir, c'est à cause des questions restées sans réponses." (P 27)Il y en a des questions sans réponses, dans ce roman : Que reste-t-il de nous, une fois que le temps a passé sur nos vies ? Que peut-on laisser pour ne pas disparaître ? Des noms de lieux, des noms d'amis, des images, des mots alignés sur les pages d'un cahier, cela sera-t-il suffisant ? Et qui gardera ces fragments ? Et qui prendra la suite, de ce gardien de la mémoire quand il... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 16:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

08 décembre 2008

Ray Bradbury - Chroniques Martiennes

Ma première lecture de ce roman doit remonter à plus de vingt ans. J'en gardais le souvenir d'un grand livre, mais sans avoir en mémoire tous les détails qui permettraient d'argumenter cette impression globale. L'envie de le relire était donc justifiée par deux certitudes : celle d'entrer dans un agréable moment de lecture et celle de pouvoir, de nouveau, avancer en découvrant l'oeuvre, ses intrigues, ses personnages, ses idées.Mais à côté de ces certitudes restaient quelques questions : ne vais-je pas être déçu ? Mes yeux d'adulte... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 21:21 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :
29 novembre 2008

Hélène Dassavray - Les Ruines de la future maison

"Les Ruines de la future maison", c'est cent-dix-huit pages de douceur et de tendresse. Une portion de vie, racontée sans nostalgie, sans regrets mais surtout sans vouloir donner de leçons ni porter de jugement. Une portion de vie qui demande seulement à être lue, partagée et surtout pas jugée, elle non plus.  Cette portion de vie a pour décor "Le Campement". Un lieu qui porte bien son nom : c'est un champ où l'on habite dans des caravanes, au départ, puis dans une maison en... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 03:54 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
13 novembre 2008

John Irving - Les rêves des autres

Ouvrir un livre de John Irving c'est entrer dans une plaisante contradiction. On retrouve une voix connue (je n'ose dire une voix amie, mais c'est presque ça) et, dans le même temps, il faut se préparer à être surpris. La voix (que l'on pourra appeler le style ou encore le talent ou encore le génie) de John Irving est bien là. Pourtant, toutes les nouvelles qui composent ce recueil ne sont pas toutes de la même trempe. Certaines sentent même un peu le fond de tiroir (d'ailleurs n'est-ce pas le propos de ce recueil que d'aller déterrer... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 07:43 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,
04 novembre 2008

Jacques Poulin - Le Vieux Chagrin

  "Quand vous commencez à écrire une histoire, vous êtes comme un voyageur qui a vu de très loin un château. Dans l'espoir de l'atteindre, vous suivez un petit chemin qui descend au flanc d'une colline vers une vallée couverte de forêt. Le chemin se rétrécit et devient un sentier qui s'efface par endroits, et vous ne savez plus très bien où vous êtes rendus; vous avez l'impression de tourner en rond.De temps en temps, vous traversez une clairière inondée de soleil, ou vous franchissez une rivière à la nage. Au sortir de la... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 08:15 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
31 octobre 2008

Mathias Malzieu - Maintenant qu'il fait tout le temps nuit sur toi

Une lecture qui commence bien, grâce à des images sensibles et poétiques. Mais une lecture qui se lasse vite parce que mettre de la poésie dans un roman, c'est bien, mais répéter sans cesse les mêmes (ou à peu près les mêmes) allégories finit par briser le charme. Et pour faire un roman, il faut autre chose que des images subtiles et des phrases à la belle mélodie. Il faut une histoire et des idées. Et là, d'histoire, il n'y en a point, mis à part l'arrivée d'un géant, spécialiste du deuil et censé aider le narrateur à... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 07:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

29 octobre 2008

Patricia Parry - Cinq leçons sur le crime et l'hystérie

Pour écrire mon billet à propos du troisième roman de Patricia Parry, je pourrais être tenté de reprendre le texte que j'avais rédigé suite à la lecture de son précédent ouvrage : "Petits Arrangements avec l'infâme". J'aurais trois raisons pour cela : la première serait le manque de temps (mais est-ce recevable, comme motif, lorsqu'il s'agit de parler d'un coup de coeur de lecture ?) ; la seconde serait que j'éviterai ainsi de trop révéler l'intrigue de ces "Cinq leçons..." (justification un peu plus... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 09:53 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags : ,
21 octobre 2008

Emmanuelle Pagano - Les Mains gamines

Roman de la douleur et de la féminité, "Les Mains gamines" est écrit avec la même recherche, la même précision que les "Adolescents troglodytes". Et cette précision dans le choix des mots, cette netteté des images, servent tout autant la poésie que la mise au jour de la souffrance. Souffrance évoquée à quatre voix, celles des quatres femmes qui disent "je", dans chacune des quatre parties du livre. Quatre femmes qui disent "je" pour elles-mêmes, parce que personne ne les écoute. Quatre femme qui... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 15:38 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
08 octobre 2008

Véronique Ovaldé - Et mon coeur transparent

C'est à la lecture du billet qu'Antigone avait écrit au sujet de ce roman que l'envie m'est venue de le lire. Oui, je suis très influençable... et je suis ravi de l'avoir été dans ce cas précis !J'ai adoré l'histoire, son déroulement (allant de surprise en surprise) mais aussi (et surtout) le style de l'auteur. L'histoire c'est celle d'un homme paumé, qui découvre, après le décès accidentel de sa femme, qu'elle menait une vie totalement différente de ce qu'il croyait (et qu'elle était donc une femme totalement différente de celle... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 14:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : ,
03 octobre 2008

Julie Gravel-Richard - Enthéos

"Battements de coeur qui s'accélèrent". C'est par cette brève sentence que débute ce premier roman de Julie Gravel-Richard. Les phrases suivantes, tout aussi courtes et saccadées, taillées pour marquer le rythme de ce coeur angoissé, nous plongent dans des visions sanglantes... avant de nous faire ressortir dans le quotidien d'un jeune étudiant.Marqué par un évènement traumatisant, Thomas a quitté Montréal pour Québec, abandonné les études de théologie pour celle de la littérature grecque et tourner le dos à tous ses proches... [Lire la suite]
Posté par SebastienFritsch à 23:50 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags :