Carreau

Elle agrafe du ciel bleu sur ses carreaux sales ;
Quel passant dans la pluie trouvera ça anormal ?
Elle change de disque, elle met Sydney Bechet,
Pour diminuer les risques, les regrets malhonnêtes.

Dans l’ombre,
Toujours ce cadre ; juste un contour.
Elle a eu raison de se méfier,
Elle aurait pu, même sans amour,
Se laisser tenter.

Elle tamise encore un peu plus la lumière ;
Elle dispose les plantes et les coussins par terre.
Un bouquin léger, la bouteille à côté,
Elle commence à sourire après la première moitié.

Dans l’ombre,
Toujours ce lit ; juste un contour,
Elle n’a pas froid, ne veut pas trembler.
Ne pas entendre les anciens discours
Que ses draps ont portés.

Elle a éteint, s’est servi un dernier whisky.
Ça n’est pas très élégant ; eh bien, tant pis !
Entre ses lèvres, moins froid que la bouche oubliée,
Le goût de l’acier.

Elle appuie.

Dans l’ombre,
Toujours ce corps ; juste un contour.
Elle n’a plus froid, elle n’a pas tremblé.
Elle avait failli, même sans amour,
Lui pardonner.

Paroles et dessin sont de la même main (celle qui a servi de modèle pour la main sur le carreau, il y a bien longtemps...). Il y avait aussi de la musique qui allait avec, mais je crois que je l'ai oubliée dans un petit coin de ma tête. Mais lequel ?